Arnaque au PV de stationnement : une arnaque bien ficelée

arnaque au pv de stationnement
Dernière mise à jour:

Comme tant d’autres tentatives d’hameçonnage, l’arnaque au PV de stationnement ne cesse de prendre de l’ampleur. 

L’arrivée de l’année 2023 n’a pas freiné les escrocs. L’arnaque se fait par SMS et elle vise à voler les informations personnelles ou professionnelles de sa cible : les comptes, mots de passe, données bancaires, etc. Cette arnaque a déjà fait de nombreuses victimes dans l’Hexagone et l’Agence nationale de traitement automatisé des infractions (ANTAI) alerte sur cette escroquerie par SMS. Nous vous disons tout sur cette arnaque bien ficelée.

Le mode opératoire de cette escroquerie

Similairement aux méthodes de phishing (ou hameçonnage), les cibles reçoivent un message frauduleux. L’arnaque prétend un retard de paiement d’une amende de stationnement.

Les escrocs ont pensé à tout. Dans l’en-tête de ces SMS, il est mentionné “Info ANTAI”. Dans le corps du message, vous trouverez le montant de l’amende dont vous êtes supposé vous acquitter suivi d’un numéro de dossier.

Le SMS contient également le lien vers le dossier frauduleux d’infraction. Le lien ressemblera à “suivi-dossier-antai.com” ou “dossier-antai-gouv.info”. Ces sites sont très trompeurs, car ils ressemblent trait pour trait au site officiel de l’ANTAI. Dans les deux cas, sachez qu’il ne s’agit pas du bon site de l’ANTAI pour régler les verbalisations.

Vous vous doutez bien qu’il ne s’agit pas réellement d’un SMS de l’ANTAI, mais une tentative d’escroquerie. Les cibles qui tombent dans le piège verront leurs données confidentielles exploitées par les malfrats et se feront voler de l’argent.

À lire aussi : L’arnaque du téléphone cassé : de nombreuses personnes sont victimes de l’escroquerie

Ce qu’il faut savoir pour éviter de se faire escroquer

Sur son site, l’ANTAI souligne qu’aucune administration n’est censée demander vos données bancaires ou vos mots de passe par message électronique ou par téléphone. Il est donc déconseillé de communiquer toute information sensible par messagerie ou par téléphone.

L’organisme précise également que les seuls SMS envoyés pour le paiement d’une contravention officielle relèvent font suite à une verbalisation faite par un agent des forces de l’ordre sur le terrain. Le SMS doit comporter un lien de paiement qui doit vous diriger directement vers le site officiel www.amendes.gouv.fr. Notez que s’il n’y aucun agent verbalisateur à proximité, vous devez absolument vous méfier.

Un autre indice qui peut vous mettre la puce à l’oreille est l’orthographe ainsi que les formulations utilisées dans le SMS. Pensez toujours à vérifier ces éléments. Ensuite, jetez un coup d’œil à l’expéditeur du SMS : les diffusions officielles ne sont jamais envoyées par des numéros commençant par 06 ou 07.

Si vous doutez d’un SMS que vous avez reçu, il vous est recommandé de transférer ce SMS au 33700. Vous pouvez aussi vous rendre sur la page www.cnil.fr/fr/spam-phishing-arnaques-signaler-pour-agir pour signaler l’arnaque et faire en sorte qu’il ne se répande pas.

Dans le cas d’une réelle infraction

Comme mentionné plus haut, si vous êtes effectivement sous le coup d’une amende, vous pouvez le régler sur le site suivant : www.amendes.gouv.fr. C’est le seul lien officiel du service public pour payer votre amende via internet en toute sécurité.

Il existe d’autres alternatives pour régler une amende sans se faire arnaquer, mais aussi sans avoir à vous déplacer. Vous pouvez le faire à l’aide de votre téléphone, en téléchargeant l’application amendes.gouv disponible sur Apple Store et sur Google Play.