Arnaque à la plaque d’immatriculation : faites attention aux personnes mal intentionnées

arnaque plaque d'immatriculation

L’arnaque à la plaque d’immatriculation existe depuis un certain temps. D’après France 3 Grand Est, cette forme d’escroquerie s’est développée au Royaume-Uni et a déjà fait plusieurs victimes. Aujourd’hui, elle se propage petit à petit en France.

Les temps sont durs : il y a de plus en plus d’escrocs et de plus en plus de formes d’escroqueries apparaissent. Ces personnes mal intentionnées ne manquent pas d’imagination, ils arrivent toujours à trouver de nouveaux moyens malveillants pour soutirer de l’argent à des personnes qui ne sont pas assez méfiantes. Une forme d’arnaque fait fureur ces derniers temps, il s’agit de l’arnaque à la plaque d’immatriculation. En se servant de la plaque d’immatriculation, les escrocs réclament une somme à leurs victimes.

Vous souhaitez en savoir un peu plus sur cette forme d’arnaque ? Découvrez dans cet article comment ces escrocs opèrent et que faire pour éviter de se faire arnaquer.

Comment les arnaqueurs procèdent?

C’est tout à fait simple. L’escroc appelle sa cible sur son téléphone portable. Le plus souvent, il utilise un numéro privé pour effectuer l’appel. Mais il se peut également qu’il affiche son numéro. L’escroc explique alors à sa victime qu’il y a eu un accident suite à quoi elle aurait “pris la fuite”. Il demande ensuite à sa cible de remplir certaines obligations. Bien évidemment, il parle d’un léger accrochage dont il serait difficile de s’en rendre compte.

Pour que ce soit le plus pertinent possible, l’arnaqueur planifie déjà tout à l’avance pour réussir à convaincre le destinataire de sa faute. Avant même de procéder à l’arnaque, il récolte d’abord plusieurs informations sur tout ce qui concerne la victime, notamment son nom, son contact et ses déplacements quotidiens. Il indique même la date et le lieu de l’incident, tout en n’omettant pas de préciser la plaque d’immatriculation de sa cible.

Toujours dans l’objectif de convaincre sa victime, l’escroc fait croire qu’il aurait obtenu ces informations sur la personne auprès de la préfecture et grâce justement à la plaque d’immatriculation. Il invente alors une petite histoire dans laquelle la victime aurait causé un accident et qu’elle ne s’est pas arrêtée pour remplir ses obligations.

Dès lors que l’arnaqueur réussit à convaincre son interlocuteur, il lui réclame une somme à titre de dédommagement pour un règlement à l’amiable. La personne victime serait ainsi tentée de payer cette somme pour éviter les poursuites judiciaires pour “délit de fuite” et éviter tout problème avec l’assurance. La somme s’élève généralement à une centaine d’euros.

Comment déceler l’arnaque?

Il est possible de détecter l’escroquerie. Tout d’abord, sachez qu’il se peut que l’escroc utilise un numéro qui n’est pas masqué, ce n’est donc pas un critère qui détermine qu’il s’agit bien d’une arnaque ou non. Voici quelques indices pour vous aider à déceler l’arnaque

  • Lors de la discussion téléphonique, l’arnaqueur indique systématiquement qu’il aurait obtenu vos coordonnées téléphoniques auprès de la préfecture. C’est impossible, car cette entité ne dispose pas de ces informations, c’est d’ailleurs ce qu’a indiqué Romain Maniot, Responsable de la communication de la préfecture de la Marne. Il précise également que cette information ne peut être divulguée que par une réquisition judiciaire.
  • L’escroc est réticent à donner des informations qui le concernent que ce soit une identité ou des coordonnées précises.

Il y a d’autres signes qui peuvent indiquer qu’il s’agit d’une arnaque, veillez à rester vigilant.

Quelques préconisations à suivre

Pour éviter de vous faire arnaquer, voici nos conseils : 

  • Évitez de communiquer toute information à une tierce personne qui vous est inconnue. Que ce soit votre plaque d’immatriculation, vos coordonnées d’état civil, vos codes de connexion, vos numéros bancaires, etc.
  • Si jamais un paiement intervient à l’issue de l’appel, ou si une information permettant un règlement a été communiquée, contactez directement votre banque pour faire opposition.

Enfin, si vous êtes victime, nous vous conseillons de porter plainte auprès des autorités au plus vite en apportant le plus d’éléments factuels possible. Parlez-en à vos proches, c’est l’un des moyens qui permettent d’éviter que cette forme d’escroquerie se propage.