PFAS : le poison invisible qui se répand en Europe

PFAS : le poison invisible qui se répand en Europe
Dernière mise à jour:

Le quotidien Le Monde et un consortium de 17 médias européens ont rendu public le 25 février 2023 les conclusions de l’enquête Forever Pollution Project, alertant sur la contamination à grande échelle par des substances per- et polyfluoroalkylées dangereuses.

Ces substances appelées collectivement PFAS, sont utilisées dans une multitude d’objets du quotidien, des poêles antiadhésives aux implants médicaux en passant par les tapis, les cordes de guitare, les traitements pour l’acné ou encore les emballages alimentaires. Prisés par les industriels, ces composés chimiques ont permis de révolutionner le traitement adhésif ou imperméabilisant, mais on sait aujourd’hui qu’ils présentent des effets nocifs pour la santé.

Les propriétés toxiques des PFAS

Selon les investigations menées par le consortium de médias, ces substances sont soupçonnées de provoquer des cancers, des problèmes cardio-vasculaires ou encore des perturbations de la fertilité. On sait que l’exposition aux PFAS a des effets néfastes sur le système immunitaire et thyroïdien, et peut causer trois sortes de cancers. D’après les estimations, ce sont pas moins de seize millions d’Européens, dont deux millions de Français, qui souffrent déjà des conséquences de cette pollution invisible.

À lire aussi : Immobilier et fiscalité : Une aide fiscale pour un logement plus économe

La cartographie des sites contaminés

Plus de 17.000 sites ont été identifiés comme étant pollués par les PFAS en Europe, dont 50 rien qu’en Bourgogne-Franche-Comté. L’un de ces sites est l’emblématique lac Tyrifjord, en Norvège, un petit coin de paradis scandinave qui infuse malheureusement depuis des décennies une potion funeste. En zoomant sur la Bretagne, 37 points rouges font aussi partie de la triste cartographie, soit des sites dont l’analyse d’échantillons a révélé un taux de concentration de PFAS supérieur à 100 ng/l.

L’identité des usines responsables

Une des principales contributions de l’enquête Forever Pollution Project consiste à avoir localisé 20 usines de production européennes de PFAS, dont 5 en France. Les recherches menées par le consortium de médias ont mis au jour des installations situées dans des villes comme Tavaux, Luxeuil-les-Bains et Tournus. Cela s’étend aussi à proximité de Parme et Rome en Italie, de Gdańsk en Pologne, d’Aydeniz en Turquie et d’Hanovre en Allemagne. Les fabricants dont les produits contiennent des PFAS sont connus, mais il est plus difficile de trouver exactement qui est impliqué dans leurs productions, car la chaîne de production est longue et complexe.

À lire aussi : Énergie : les aides dont vous pourrez bénéficier en 2023

Des solutions existent

Face à cette situation inquiétante, des solutions existent pour réduire, voire éradiquer la pollution des sols, eaux et organismes vivants. La prise de conscience des dangers liés aux PFAS doit inciter à une meilleure gestion des stocks et à une limitation de leurs usages. Des alternatives non polluantes devraient être envisagées pour remplacer les objets susceptibles d’en contenir et des contrôles réguliers effectués sur les lieux potentiellement exposés. L’Union européenne a publié en 2021 une stratégie visant à limiter l’utilisation des PFAS à court terme et à long terme, et des efforts semblent être faits pour mettre fin à cette pollution quasi indestructible.

Liste des actions à prendre pour réduire la pollution des PFAS

  • Réduction des usages des PFAS
  • Rappel des produits contenant des PFAS
  • Enregistrement des installations de production de PFAS
  • Évaluation annuelle des stocks de PFAS
  • Mise en place de contrôles réguliers
  • Gestion des matières contenant des PFAS
  • Recherche et développement de produits sans PFAS
  • Prise de conscience des risques sanitaires associés aux produits contenant des PFAS